Les News d'Etienne

13 janvier 2020

Voyager dans l'histoire

Le principal moteur de votre adoption du Rassemblement mondial des traditions a été la construction du haut barrage d'Assouan. En 1959, les gouvernements de la République arabe unie (You.A.R .; aujourd'hui Égypte et Syrie) et du Soudan ont demandé à l'UNESCO de l'aider à sauver les sites Internet et les monuments originaux de la Nubie égyptienne. Les sites ont été menacés de dommages par le lac fantastique qui s'accumulera derrière le tout nouveau barrage d'Assouan. L'UNESCO a réagi en attirant la communauté locale du monde entier pour obtenir de l'aide, et le résultat a été la plus grande sauvegarde archéologique fonctionnant à travers l'histoire. Des études archéologiques aériennes ont été menées par l'UNESCO en collaboration avec les gouvernements des U.A.R. et au Soudan en 1960. La mission de l'UNESCO au Soudan, tout en aidant les voyages nationaux à fournir des informations sur les questionnaires et un laboratoire de recherche photographique à Wadi? alfa, a effectué des relevés pédologiques des nombreuses îles de la 2e cataracte et de sections du côté est et ouest. institutions financières du Nil. De plus, l'objectif a documenté et fouillé une grande variété de sites. Une ville du Royaume plus ancien a été identifiée à Buhen, fournissant des preuves d'une pénétration égyptienne beaucoup plus précoce de Kush qu'on ne le pensait. La ville a été maintenue et relocalisée. Une chaîne de forteresses en briques de terre de l'Empire du Centre à proximité de la deuxième cataracte a obtenu une attention bien méritée mais n'a pas pu être récupérée, en raison du caractère de la construction. Les voyages ont permis de découvrir de riches séjours de membres de l'équipe Nubienne A et de l'équipe C, à l'intérieur du modèle des cimetières et même des propriétés, et cela a été ajouté aux compétences de ces ethnies traditionnellement importantes. Les explorations à Qa? R Ibrim ont donné une merveilleuse variété de récipients en bronze, de verrerie, d'ornements et d'outils en fer, en plus d'un grand nombre de manuscrits antérieurs en nubien, copte et arabe périmés. Une découverte à couper le souffle a été créée dans la fantastique basilique cachée sous le monticule à Faras West (Pachoras) dans laquelle les excavateurs ont éliminé et restauré plus de 100 fresques exceptionnelles. A lire sur: Voyage Entreprise

Posté par lesnewsdetienne à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 décembre 2019

Le boost des salariés

Ca m'impressionne constamment, quand certains responsables m'exposent comment ils organisent leur challenge commercial. Pour ceux-ci, ce type d'animation vise uniquement à booster le chiffre. Il débouche effectivement, quand il est correctement planifié, l'amélioration signifiante du chiffre. Seulement ce n'est évidemment que l'un des atouts qu'il engendre. D'autres sont à mon sens plus substantiels. Cette campagne sert d'une part de motiver ses salariés. La récompense à gagner n'est pas le seul bienfait. Les vendeurs ont tout autant le désir de reconnaissance, et le challenge est une forme de reconnaître leur qualité de travail. Le challenge commercial occasionne de la même manière la rivalité. Les commerciaux ont tendance à se mettre au défi les uns les autres afin de confronter leurs résultats. L'opération leur attribue un contexte dans lequel libérer cette aptitude. Et les meilleurs commerciaux convient les autres candidats à faire de leur mieux. Voilà un bon moyen pour amener ses équipes toujours plus haut. Mais le bienfait le plus durable de la campagne demeure la dynamique qu'il élabore. Le challenge est avant tout un outil pour inciter les collaborateurs à se donner à 110 %. Et cette détermination continue au terme de la campagne.  Trois éléments causent la démotivation des forces de vente d'une communauté: le manque de reconnaissance, le revenu jugée faible, et le mal-être au boulot. Et le challenge résoud les trois de manière frontale. Cependant, s'il veut éviter d'être contre-productif, un challenge commercial se doit d' observer certaines règles de base. Et je suis chaque fois ébahi de découvrir qu'elles ne sont pas systématiquement respectées. Tout d'abord, l'on doit offrir des cadeaux qui poussent les salariés à s'engager. La plus grande partie du budget de l'opération devrait y être réservé. Il faut fournir ces cadeaux à un peu plus de 40% de l'équipe challengée. Dans l'autre cas, la contrariété surpasse les avantages. Et bien évidemment, les objectifs doit être réalisable. Lorsqu'on prend en compte ces quelques règles , le challenge commercial peut avoir le potentiel de parvenir à son but. Mais si l'opération est formée avec une réflexion en amont, cela peut fournir un dénouement bien loin de celui qu'on visait à l'origine. Davantage d'information sur ce challenge commercial en suivant le lien.

Posté par lesnewsdetienne à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2019

Mes odeurs

Avant-hier, lors d'un atelier de parfum, j'ai produit mon propre parfum. C'est un couple d'amis qui m'avait offert cetteactivité m'avait été offerte par un couple d'amis et je dois reconnaître que j'y suis allé juste avant la date limite de validité de mon bon. Mais au final, je ne regrette rien. Quand on est lancé, on se laisse pleinement prendre au jeu et on fait tout pour élaborer la fragrance dont on a toujours rêvé. En fait, on regarde même à l'idée de ne pas avoir assez de temps pour obtenir le bon résultat avant la fin de l'atelier ! L'atelier est loin de ressembler à l'atelier de Grenouille, on a plutôt l'impression qu'il s'agit d'un petit laboratoire scientifique, un peu plus féminin quand même. Chaque participant est placée à un orgue à parfums où sont posés 127 fioles d'essences , de fragrances épicées, sucrées, orientales, poudrées, etc. Concrètement, on réalise le parfum en utilisant l’ordre de la pyramide olfactive. On commence par la note de fond, la plus forte, qui sert de base au parfum : elle crée le sillage du parfum. Ensuite la note de cœur, qui constitue l'identité du parfum : elle dure moins longtemps mais est perçue dans le sillage de la note de tête. Et à la toute fin la note de tête, celle que l’on sent en premier dans un parfum, et celle qui attire l'attention. On peut choisir les essences qu'on veut introduire dans sa réalisation, on est assisté tout du long par le maître-parfumeur, qui nous signale les bons ou moins bons mariages entre certaines associations. Ce qui est le plus dur, c'est de ne pas être trop cérébral. Il faut se fier à son instinct, à ses sens. Il faut apprendre à ne pas trop réfléchir, sans quoi on se retrouve vite dérouté dans ce dédale de possibilités. En sortant de cet atelier de parfum, on se retrouve avec son parfum unique, une fragrance à une seul exemplaire. Et ça, je dois dire que c'est très excitant. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur cette création de parfum à Paris qui est très bien fait sur le sujet.

Posté par lesnewsdetienne à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2019

Développer le PIC

Quand le PIC deviendra-t-il une réalité? «Jamais aucun gouvernement n'a autant investi, en montant et en durée, sur la formation des plus fragiles. 2018 a été l'année de la construction. Jamais aucun gouvernement n'a autant investi, en montant et en durée, sur la formation des plus fragiles. 2018 a été l'année de la construction. En 2019, on sera en phase d'accélération et en 2020 en rythme de croisière. Je m'explique: le plan 500.000 formations mis en place à la fin du quinquennat Hollande à la va-vite, sans se focaliser sur des filières de qualité, a eu peu d'effet. Avec le PIC, nous avons pris le parti, courageux, de ne pas aller trop vite la première année en vue de bâtir, en partenariat avec les régions, un plan robuste et innovant avec une montée en puissance progressive. Et nous nous focalisons sur des formations de qualité pour aller chercher les personnes les plus éloignées de l'emploi et les orienter sur des métiers en tension. Par exemple, en Occitanie, nous avons développé avec la région un projet pour soutenir la création d'une filière afin de déployer le haut débit, un secteur en pénurie de main-d'œuvre. Ce fils unique reproduirait volontiers le modèle aimant et sécurisant qu’il a connu. Mais son type de sensualité s’oppose à son envie d’établissement et brouille ses repères. Il a 20 ans. Femmes, hommes, il oscille, hésite. Il a 28-29 ans. Il est déjà entré en politique, montant une à une les marches du militantisme. Et il décide de mettre les choses au clair avec ses proches. Ses parents s’étonnent, acceptent, approuvent. Il a 37 ans. Il ne se cache ni ne se pavane. Il dit : «A Coulommiers, c’était un secret de Polichinelle.» Mais, il y a une différence entre le tacite et l’explicite. Il partage la vie d’un enseignant qui lui en remontre dans les débats d’idées. Dans une France en demande de réassurance, le duo établi, hétéro ou non, continue à avoir l’avantage sur le célibat papillonnant. Juin 2011. A l’Assemblée, Riester est réputé talent d’avenir et bon soldat. Le grand débat national commence à peine mais il est déjà décrié. Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique était ce mardi 22 au matin invitée de la chaîne d'information LCI. Elle défendait donc ce grand débat lancé mardi 15 et qui devrait durer jusqu'à la mi-mars. Elle a donc rappelé que tous les Français étaient invités à y participer, gilets jaunes ou non. Mais il lui a rapidement été demandé comment, concrètement, allaient se traduire les résultats de cette consultation nationale. Etat. "Il y a des garants qui vont eux-mêmes décider de comment est-ce qu'on remonte les informations, comment elles sont synthétisées… Et ensuite ces propositions là nous seront certainement remises", a expliqué la députée du Vaucluse. GrandDébatNational va-t-il vraiment mener quelque part ? Brune Poirson. Et c'est cette petite phrase qui a laissé planer le doute sur l'utilité de ce grand débat national censé donner la parole à tous les citoyens français et calmer la colère des gilets jaunes. Il est aussi possible de contribuer à cette consultation en ligne. Pourtant certains, politiques, représentants des Gilets jaunes ou anonymes, doutent de l'efficacité et de l'utilité de ces débats aux "conditions uniquement élyséennes" selon Eric Drouet, leader d'une partie du mouvement de contestation. ]. Notre objectif est très clair : les jeunes Africains doivent avoir accès à leur patrimoine, mais aussi à celui de l’humanité. Cela passe par des restitutions, mais aussi par des prêts, des dépôts à long terme, des expositions, des échanges d’ingénierie muséale. Il ne s’agit pas de vider les musées, mais de travailler étroitement avec eux sur l’objectif de faire circuler les œuvres. Et cela ne passe pas forcément par un transfert de propriété. Dans le cas du Bénin, comment restituer des œuvres qui, comme toutes les pièces de musées français, sont inaliénables, selon le Code du patrimoine? L’inaliénabilité des œuvres est un principe important mais, comme tout principe, il peut y avoir des exceptions et cela pourrait être le cas avec le Bénin. Une étude juridique est en cours. S’il faut passer par une loi, nous le ferons. Je veux également ajouter que nous serons attentifs sur la préservation de ces œuvres afin qu’elles soient durablement accessibles au plus grand nombre. Les musées jouent au quotidien un rôle essentiel pour cette préservation, mais aussi pour la connaissance des œuvres et leur présentation au public. Didier Guillaume, sur le plateau de Public Sénat. L es rumeurs d’un départ de Stéphane Travert se sont révélées justes : le député de la Manche a été écarté du Gouvernement à l’occasion du remaniement annoncé mardi 16 octobre 2018 . Le sénateur drômois RSDE (Rassemblement social et démocratique européen) Didier Guillaume a été nommé ministre de l’Agriculture . 59 ans, agent du Trésor public de profession, fidèle de François Hollande et de Manuel Valls, Didier Guillaume envisageait, en mai dernier, de quitter la vie politique. « J'ai toujours pensé, et dit, qu'il existait une vie avant et après la politique », expliquait-il sur Facebook. Avant de se raviser. Le sénateur a, depuis, changé de groupe politique au Palais du Luxembourg, passant du groupe socialiste au groupe des radicaux. Il a été conseiller politique de Jean Glavany, alors ministre de l’Agriculture de 1998 à 2002. Sénateur depuis 2008, il s’est régulièrement investi dans les dossiers agricoles . En début de semaine, alors que les rumeurs allaient bon train concernant le remaniement tant attendu, c'était Marc Fesneau qui était préssenti au ministère de l'agriculture . L'élu centriste a finalement été nommé ministre chargé des relations avec le Parlement. On s’est pointé au ministère de l’Ecologie, sous la pluie. Juin à Paris, ce fichu temps qui n’en finit pas et ces saisons détraquées. Aile droite, dans le bureau de la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Un intitulé à rallonge pour une fonction, vue de l’extérieur, floue, l’utilité de Brune Poirson pour un journaliste béotien comme nous n’étant pas, a priori, avérée. En regardant un peu mieux, on a compris que l’écolo, nouvelle en politique, venue du monde de l’entreprise, passait pas mal de temps à négocier à Bruxelles pour Nicolas Hulot. Dans son bureau, Brune Poirson nous accueille, grande, élégante, élancée. Des plantes éparses, une image d’un grand cèdre libanais de sa meilleure amie photographe au mur et, sur la table basse, des fruits de saison à picorer, fraises, abricots, framboises. Elle est tout à fait agréable, puis, non. Puis, à nouveau, oui. Puis, non. Déconcertant. D’ordinaire un entretien de portrait est une lune de miel papillonnante ou un divorce pétaradant, rarement les deux en même temps. Il nous a fallu un peu de temps pour comprendre qu’il y a deux Brune Poirson. La première, sympa, intelligente, intéressante. On parle de 25% sur ces 400 millions qui ont été décaissés ? Oui, mais je pense que les choses vont s’accélérer. En tout cas, je trouve qu’en dix-huit mois, beaucoup de choses ont avancé. Il faut le reconnaître. Comment voyez-vous l’évolution de Barkhane sur le terrain ? Certains disent que cette force est un peu lourde, un peu complexe à mettre en place. Est-ce qu’il faut « tropicaliser » Barkhane ? Tout d’abord, je voudrais dire que Barkhane remporte de grands succès. Et c’est peut-être encore plus vrai depuis le début de cette année, puisque Barkhane a mis hors de nuire 130 terroristes, dont un certain nombre de chefs. Et Barkhane ne cesse de s’adapter, car vous avez raison, Barkhane est confrontée à des organisations terroristes qui sont sur leur terrain qu’elles connaissent parfaitement. Donc l’agilité, la flexibilité sont des éléments tout à fait importants. Donc au cours de ces derniers mois, Barkhane a fait évoluer sa propre action, car il ne faut pas, bien entendu, qu’on laisse les terroristes reprendre la main sur les populations. Et juste derrière, ce que nous cherchons de plus en plus à faire, c’est de créer l’articulation avec les opérateurs du développement. Il revendique une scolarité «médiocre, en rébellion». A l’inverse, son frère se souvient l’avoir vu se pointer au collège avec le Monde plié dans la poche arrière. Après avoir claqué la porte du domicile familial à 17 ans - il arrive toujours un moment où l’enfant devient plus fort que le père et le laisse «sec sur le carreau» -, il se met à vivre la nuit. Entre sorties en boîte et parties de poker, où il croise quelques figures du milieu marseillais. «Manosque était leur base arrière. Il rejoint Macron sans une hésitation et pense que la politique, c’est se placer«au bon endroit et au bon moment, sans forcément savoir ce que sera l’après». Il parle de son obsession du «cliquet», la conquête du pouvoir crantée, sans jamais redescendre. «Tous les politiques ont de l’ego. Ou alors ils mentent. Il y a peu, je téléchargeais encore la Provence à 5 heures du matin pour voir s’il y avait ma photo dans l’édition du jour.» Ambitieux mais pas intrigant, jure-t-il. PARIS (Reuters) - Le porte-parole du gouvernement s’est excusé dimanche pour avoir évoqué son impossibilité à acquérir un logement à Paris, en dépit d’une rémunération confortable, des propos jugés malvenus en pleine crise des “Gilets jaunes”. “Je me suis mal exprimé, je m’en excuse”, a dit Benjamin Griveaux dans le cadre du “Grand Rendez-Vous” Europe 1-CNEWS-Les Echos. Mercredi soir, lors d’un échange avec “Brut” en direct sur Facebook, Benjamin Griveaux, venu du privé, avait notamment défendu les niveaux de rémunération des ministres et des élus. “Je gagne très bien ma vie, je gagne 7.900 euros net” par mois, mais “je ne vis pas dans un château”, avait-il déclaré. “Je suis locataire, je ne suis pas propriétaire à Paris, parce que le prix du mètre carré est trop cher. Moi je n’ai pas hérité, je n’ai pas d’argent caché. Je n’ai pas de voiture, je ne m’habille pas dans des costumes très chers”, avait-il ajouté. “J’aimerais qu’on ne sorte pas une phrase du contexte”, s’est-il défendu dimanche. “J’ai dit que c’était un choix personnel de ne pas être propriétaire. Je gagne très bien ma vie, et je ne me plaindrai jamais, a expliqué le porte-parole. “Qu’est-ce que j’évoquais ce jour-là? Le fait que Paris a perdu 60.000 habitants en cinq ans, on a perdu le Ve arrondissement. Parce que les gens n’ont plus les moyens de payer un loyer à Paris, de devenir propriétaires”, a poursuivi celui qui caresse l’idée d’une candidature à la mairie de Paris. Des “cagnottes” ont été lancées sur internet pour demander, sur le mode ironique, une aide financière en faveur de Benjamin Griveaux. “J’ai vu qu’il y avait beaucoup de cagnottes. J’ai trouvé ça plutôt drôle, parce qu’il faut savoir se moquer de soi-même quand on fait de la politique, sinon il faut vraiment changer de métier”, a réagi le porte-parole.

Posté par lesnewsdetienne à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2019

Une conférence juridique sur les entreprises

Une entreprise est un type de structure d'entreprise. Vous pouvez envisager une structure d'entreprise lorsque vous démarrez ou développez votre entreprise.  Une entreprise est une entité juridique distincte, contrairement à un opérateur individuel ou à une structure de société de personnes. Cela signifie que la société a les mêmes droits qu'une personne physique et peut contracter des dettes, poursuivre et être poursuivie. Les propriétaires de la société (les actionnaires) peuvent limiter leur responsabilité personnelle et ne sont généralement pas responsables des dettes de la société.  Une entreprise est une structure d'entreprise complexe, dont les coûts de configuration et d'administration sont plus élevés en raison d'exigences supplémentaires en matière de production de rapports.  Vous devez enregistrer une entreprise auprès de la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements (ASIC). Les dirigeants et administrateurs de la société doivent se conformer aux obligations légales découlant de la loi de 2001 sur les sociétés.  Aspects clés d'une structure d'entreprise - est une entité juridique distincte. - A une responsabilité limitée par rapport à d'autres structures. - Est une structure d'entreprise plus complexe à démarrer et à exécuter. - Implique des coûts d'installation et de fonctionnement plus élevés que d'autres structures. - Vous oblige à comprendre et à vous conformer à toutes les obligations en vertu de la Loi de 2001 sur les personnes morales. - Signifie que les activités commerciales sont contrôlées par des administrateurs et appartiennent à leurs actionnaires. - Doit être inscrit à la taxe sur les produits et services (TPS) si le chiffre d'affaires annuel de la TPS est égal ou supérieur à 75 000 $. Le seuil d'inscription pour les organismes à but non lucratif est de 150 000 $. - Signifie que l'argent que l'entreprise gagne appartient à l'entreprise. - Nécessite le dépôt d'une déclaration annuelle de la société auprès de l'ATO. Davantage d'information est disponible sur le site de l'agence de ce séminaire entreprise. Suivez le lien.

Posté par lesnewsdetienne à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 juillet 2019

Le vin dans la joie

Dire que pendant longtemps, le vin s'est divisé dans mon esprit en trois catégories : le blanc, le rouge, et le rosé. Force m'est de constater l'étendue de mon ignorance passée. En effet, récemment, je suis allé à la ville pour participer à un cours d'oenologie. Bien entendu, je ne suis pas devenu un connaisseur en la matière en l'espace de deux heures, je suis plus connaisseur. J'ai découvert beaucoup de trucs enivrantes ; ainsi, j'ai découvert comment le vin est récolte, de même que les nuances qu'il peut acquérir. Et je peux vous dire que la dégustation est en soi tout un art ! C'est amusant, à bien y réfléchir. Si ma femme ne m'avait pas offert cette expérience, je n'aurais certainement pas fait. Je ne sais pas pourquoi, je pensais que les cours d'oenologie étaient suivis par de messieurs méprisants se prenant trop au sérieux. Force m'est d'admettre mon erreur. A vrai dire, tous les participants étaient très sympathiques. En définitive, heureusement que mon épouse me brusque un peu. Je ne compte plus le nombre de choses que j'ai pu faire juste parce qu'elle insistait. J'ai testé tant de choses de cette façon. C'est notamment de cette manière que je me suis mis au piano. C'est ce qui fait toute la beauté du couple, en définitive : ne pas se réduire à soi. L'immobilisme n'est jamais bon. Si vous aspirez à améliorer vos connaissances en vin, vous devriez vraiment tenter ce cours d'oenologie. Voilà le site par lequel ma compagnonne de route est passée. A lire sur le site de ce de cours d'oenologie à Valence.

vin photo-1546567379-1af2e0d527e8

Posté par lesnewsdetienne à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juin 2019

Les as de la guerre froide

Les guerres froides ne sont pas basées sur des combats. Je doute fort qu'il y ait un as de chasseur à réaction. 4 personnes ont trouvé cela utile Comment les avions de combat ont-ils affecté la guerre en Irak? Répondre . Pas tant. L'Irak n'avait pas beaucoup de forces aériennes après la guerre du Golfe, avec pratiquement pas d'avions de combat. La plupart des exploitations américaines sont des chasseurs-bombardiers, faisant des suppressions de troupes au sol. Dans la seconde guerre mondiale, quel était un avion de chasse? Le seul avion à réaction fabriqué dans la seconde guerre mondiale était un messerschmitt Me 262 .. -> Non. Il y avait le bombardier Arado Ar 234, Heinkel He 178 (premier vol de tous les temps), Heinkel He 162 et 280,… Junkers Ju 287 163, etc., etc., etc. Tous n'ont pas vraiment effectué de missions, à la fin de la guerre… mais bien plus que le Me 262. Mais je n'ai trouvé aucune indication de prix de production. Pouvez-vous me donner une liste des avions de combat sur les as de combat 6? 1. F-4E Phantom II (NPC) 2. F-16C Fighting Falcon (plan de départ) 3. Mirage 2000-5 4. A-10A Thunderbolt II 5. Tornado GR.4 6. F-14D Super Tomcat 7. Sukhoi Su-33 Flanker-D 8.… Mitsubishi F-2 9. Super Hornet F / A-18F 10. Eagle de frappe F-15E 11. Rafale M 12. Typhoon de l'Eurofighter 13. F-22A Raptor 14. Su-47 Berkut 15 CFA-44 Nosferatu (Super Avion) Qui étaient les chasseurs à réaction des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale? Les premiers avions à réaction appartenaient à l'Allemagne vers la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis n'avaient pas de chasseurs à réaction et utilisèrent des avions de chasse à hélice avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Partager sur: Qui avait le chasseur à réaction le plus rapide de la seconde guerre mondiale? L'Allemand. c'était le Heinkel He-162 avec une vitesse de pointe de 562 MPH. Plus rapide que le Messerschmitt Me-262 avec 559 MPH même si on pourrait penser que le 262 serait plus rapide car… il avait deux réacteurs. S'il était entré en production, le Horten Ho-229 aurait été l'avion le plus rapide avec 607 MPH. Des avions de combat ont-ils été utilisés pendant la première guerre mondiale? Non, le moteur à réaction n'avait pas encore été inventé, il n'y avait donc pas de «chasseurs à réaction». Qui était l'as de combattant le plus haut gradé du Corps Aérien Américain de la 1ère guerre mondiale? En 300 heures de vol de combat, le SFC Eddie Rickenbacker s'est vu attribuer 26 victoires confirmées, le combattant américain le plus accompli jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Partager sur: Qui est le plus grand as du chasseur à réaction? Giora Epstein Partager sur: Combien d'avions de chasse ont été perdus dans la guerre du Vietnam? Environ 2 000 avions à réaction américains ont été perdus lors de la guerre du Vietnam. 1. 266 Skyraiders A1 entraînés par hélice ont été perdus. 2. 242 F100 Super Sabres. 3. 30 F101 Voodoo. 4. 14 F102 Delta… Fléchettes. 5. 14 F104 Starfighters. 6. 390 F105 Thunderchiefs. 7. 362 A4 Skyhawks. 8. 84 A6 Intrus. 9. 100 A7 Corsair II. 10. 170 croisés F8. 11. 700 F4 Fantômes. 12. 30 B52 Bombers. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce vol en avion de chasse.

Posté par lesnewsdetienne à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2019

Les voitures autonomes et la bourse

L’un des pires attributs de l’industrie automobile, du point de vue de l’investisseur, est sa prévisibilité. Tandis que les constructeurs automobiles tirent profit de la reprise économique, la route tourne toujours en descente et les ventes d'automobiles s'inversent inévitablement. Les observateurs de l’industrie peuvent voir cette dynamique se manifester dès maintenant, alors même que les modèles 2017 commencent à s’implanter sur les lots des concessionnaires. Au premier semestre de cette année, les revenus de l’industrie automobile ont atteint 151,8 milliards de dollars, en hausse de 7,8% par rapport à l’année précédente. Selon Adam Jonas, analyste de Morgan Stanley, les ventes de véhicules dépassent les 17,5 millions d'automobiles et de camions vendues en 2015. Toutefois, la course actuelle est "encore plus importante", a déclaré Adam Jonas, analyste de Morgan Stanley: Après six années de croissance presque ininterrompue, les ventes d'automobiles a chuté de 4% sur une année. Et les investisseurs anticipent déjà la fin de la fête. L’indice des constructeurs automobiles S & P 500 a chuté de 8% cette année. Les actions de General Motors, Ford, Fiat Chrysler, Toyota - diable, même chérie de la technologie Tesla - sont toutes bien en dessous de leurs valeurs de 2014 ou 2015 sommets. (Pour en savoir plus sur la façon dont la directrice générale, Mary Barra, dirige GM, voir page 84.) Les actions automobiles sont-elles donc condamnées au même vieux trajet répété du sommet au creux? Peut être pas. Alors que les voitures deviennent l’épicentre de l’innovation, il ya un facteur de jeu qui était absent la dernière fois que les constructeurs automobiles ont connu des difficultés. Il s’agit bien entendu de la montée en puissance des technologies de conduite autonome, qui pourrait bouleverser le modèle commercial de l’industrie dans un avenir pas trop lointain - d’une manière qui profiterait aux constructeurs automobiles et à leurs investisseurs. Bien qu’il soit beaucoup trop tôt pour désigner les gagnants de la course aux armements autonomes, le cycle de baisse actuel des actions automobiles pourrait permettre aux investisseurs de parier à un prix avantageux. Les initiés de l’industrie automobile croient que dans un monde où la technologie de conduite autonome devient banale, toute la culture de la conduite va changer. Moins de personnes posséderaient des véhicules et davantage loueraient des voitures uniquement en cas de besoin. (Pensez Uber, tout le temps, mais sans chauffeur.) En surface, cela ressemble à un entassement de 70 voitures dans le faire pour les constructeurs automobiles: Moins de ventes de voitures, après tout, devrait signifier moins de revenus. Mais il y a deux facteurs qui atténuent le pessimisme. La première est que tout changement sera à la fois progressif et incomplet. L'auto-partage fonctionne mieux dans des villes très peuplées telles que New York ou San Francisco, par exemple. Et comme la conduite autonome ne répond pas aux besoins de tous les conducteurs, les constructeurs automobiles continueront d’avoir longtemps une clientèle importante de voitures «traditionnelles».

Posté par lesnewsdetienne à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2019

Mon odeur c'est mon parfum

Il y a quelques jours, au cours d'un atelier de parfum chez un nez, j'ai composé mon propre parfum au cours d'un atelier là-bas. C'est ma belle-mère qui m'avait offert cette curieuse activité m'avait été offerte par des amis et j'ai remercié comme il se doit, mais j'y suis allé en traînant des pieds. Mais en fin de compte, ça aurait été dommage de rater ça. Car une fois sur place, on s'amuse comme un gosse et on s'emploie vraiment à élaborer la fragrance ultime. On en vient même à regarde avec inquiétude le temps passer et qu'on stresse à l'idée de ne pas avoir assez de temps pour obtenir ce qu'on espère avant la fin du cours ! Contrairement à l'image que j'en avais, un atelier de parfumeur a des allures de petit laboratoire scientifique, mais avec une pointe dféminine en sus. Chaque personne est installé à un meuble à trois niveaux où sont posés 120 fioles d'essences , de fragrances acidulées, sucrées, boisées, etc. L'équipement est complété par deux éprouvettes, de mouillettes, de seringues et du papier afin de rédiger la formule. On concocte le parfum en suivant l’ordre de la pyramide olfactive. D’abord la note de fond, la plus puissante, et qui est la base du parfum : elle peut rester jusqu'à plusieurs jours. Ensuite la note de cœur, qui inspire le thème de la fragrance : elle est plus volatile mais est perçue dans le sillage de la note de tête. Et pour finir la note de tête, celle que l’on sent en premier dans un parfum, et celle qu'on sent quand on vaporise le parfum sur la peau. On peut choisir la direction dans laquelle on veut aller avec son oeuvre, on est assisté dans le processus par un professionnel, qui nous guide dans nos choix. Le plus compliqué, c'est quand même de ne pas être trop dans la réflexion, de avoir confiance en son instinct, en son nez. Il faut apprendre à laisser les odeurs nous guider, sans quoi on être dérouté et confus. Ce stage de création de parfum est en définitive une excellente manière de renouer avec un sens qu'on a tendance à oublier, et je recommande chaudement de tester. A lire sur le site de cet atelier de création de parfum à Grasse.

Posté par lesnewsdetienne à 09:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2019

Schiappa et les anti-sémites

Beaucoup ont été doublées, triplées, et nous avons organisé ensemble l'université d'été du féminisme. Je suis certaine que la confiance est retrouvée et on va beaucoup compter sur elles dans le cadre du grand débat national, pour qu'elles fassent entendre la voix des femmes. Même si, je l'assume, j'ai toujours dit que je n'étais pas la ministre des associations féministes, mais de l'Égalité femmes-hommes au global et, maintenant, de la lutte contre les discriminations. Un des risques du grand débat national est qu'il soit vu comme un artifice sans réelles conséquences pratiques. Le gouvernement est-il conscient qu'il doit déboucher sur de vraies mesures nouvelles, qu'elles soient sociales, économiques et démocratiques ? Il est certain qu'on ne peut pas aborder 2019 comme si la crise des Gilets jaunes n'était pas passée par là. D'ailleurs, je suis en train de refaire ma feuille de route pour l'année à venir. La politique du gouvernement doit en tenir compte, elle va en tenir compte. Nous devons nous montrer agiles : on a dit qu'En marche ! « start-up nation », agile, réactive, malléable, adaptée au réel, donc ce sera à nous de le prouver en 2019. On ne peut pas décider dès maintenant de ce qu'on fera au second semestre, à mon sens. À l'issue de ce grand débat national, on devra apporter des réponses politiques. Ce sera peut-être des référendums, ce sera peut-être autre chose, mais des manières de faire mieux participer les citoyens à la démocratie. On aura un gros travail à mener là-dessus, pour ramener une vraie cohésion nationale. J'encourage tout le monde à y participer, il faut que les gens ne s'interdisent rien. Ce débat national doit être une auberge espagnole où tout le monde apportera sa contribution. Le 5e Forum sur la paix et la sécurité de Dakar s’est ouvert ce lundi. Cofinancé par le Sénégal et la France, ce rendez-vous annuel réunit politiques, militaires, acteurs du développement, chercheurs, avec l’idée d’ouvrir les débats, de casser les barrières notamment sur les questions de développement. Florence Parly, la ministre française de la Défense, était hier aux côtés du président Macky Sall lors de l’ouverture de ce Forum. Elle répond aux questions de Guillaume Thibault. RFI : C’est votre deuxième participation au Forum de Dakar. Est-ce que vous n’avez pas un peu l’impression parfois de tourner en rond ? C’est difficile d’avancer notamment sur les questions fondamentales de développement ? Florence Parly : Que les thématiques soient récurrentes, c’est tout à fait normal. Il n’y a rien de surprenant à cela. En revanche, ce qui est au contraire très réconfortant, c’est de voir que les choses avancent. ] et de la constitution de la force conjointe. Et en l’espace d’un peu plus d’un an, dix-huit mois pour être juste, beaucoup de choses ont été réalisées. Philippe Oddou, co-fondateur de Sport dans la ville. Depuis plus de 15 ans, Philippe Oddou dirige l’association “Sport dans la ville », la principale association d’insertion par le sport en France. Retour sur le parcours de son fondateur. Philippe Oddou est né en 1972 à Paris d’un père dirigeant d’entreprise et d’une mère directrice d’école. Après l’obtention de son bac, il intègre une classe préparatoire HEC puis une école supérieure de commerce. Il travaille quatre ans en entreprise d’abord chez L’Oréal puis au sein de BNP Paribas à Lyon. Déjà durant ses études, Philippe Oddou se questionnait sur son intérêt pour le business puis il a participé à l’ouverture d’un centre de l’association de Yannick Noah “Fête le mur”, en région lyonnaise. Cette expérience a permis à Philippe Oddou de découvrir les quartiers sensibles autrement qu’à travers le prisme des médias. Durant une année, il coache des jeunes issus de milieux défavorisés et rencontre des parents qui n’ont qu’une seule envie : s’en sortir. Le jeudi 27 septembre, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé du numérique, est venu à Sciences Po suite à l’invitation de la branche de La République En Marche du campus. Venus nombreux, les étudiants ont pu interroger le ministre sur des thématiques liées au numérique, que ce soit l’accès à celui-ci ou son impact écologique. M. Mahjoubi a également été questionné sur son ressenti en tant que membre du gouvernement et de ses futurs projets. Après le discours de bienvenue de Tilman Turpin, directeur du campus, l’échange s’est construit autour des questions posées par les étudiants modérateurs du débat. Pour remplir ses objectifs - nombreux et ambitieux -, les méthodes utilisées sont nombreuses : rencontre avec différentes start-ups et entreprises numériquement innovantes, comme Doctolib, et l’aide apportée par l’Etat pour ces projets prometteurs. La difficulté est que le 50% des entreprises en France sont des TPE ou PME entreprises, peu compétitives à l’échelle mondiale. A l’échelle du gouvernement, le numérique est vu comme une occasion pour “simplifier la vie des Français”. Avec sa première famille politique, les liens ont commencé à se distendre lorsque le jeune élu a soutenu, presque seul, le mariage homosexuel voulu par François Hollande. Diplômé d’une école de commerce, celui qui a exercé dans le privé comme consultant est également chef d’entreprise. Il a repris la société familiale de concessions automobiles Peugeot - dont il n’assure pas la gestion quotidienne. Son arrivée à la Culture, où il aura aussi la charge des dossiers médias et communication, n’est pas une surprise. L’homme, qui a usé ses pantalons sur les bancs de la commission des affaires culturelles de l’Assemblée, se prépare depuis dix ans à cette mission. Rapporteur des projets de loi Hadopi 1 et 2 sous Sarkozy, il a été l’un des artisans de la création de l’autorité antipiratage - un thème de nouveau très en vogue dans la galaxie macronienne. Il est aussi le coauteur d’un rapport, publié en 2011, sur la création musicale préconisant la mise en place d’un centre national dédié. Membre de la commission Copé sur l’audiovisuel public en 2008-2009, Riester a réussi à devenir le spécialiste du sujet au sein de la droite. Un atout décisif pour sa nomination, alors que le gouvernement planifie, pour 2019, une réforme de la régulation audiovisuelle. Il y a quelques mois, il défendait les idées d’une suppression quasi-totale de la publicité sur France Télévisions (hors événements sportifs) et d'un rapprochement de structures entre la télé publique et Radio France. Des propositions qu'il reprendra en tant que ministre ?

Posté par lesnewsdetienne à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]